Retraite
Décryptage

Le cumul emploi retraite à la carte

par La rédaction - le 17/03/2016

Par goût pour sa profession ou pour maintenir son niveau de vie, il est possible d’associer retraite et activité professionnelle. Deux dispositifs permettent ce cumul.

 

Pensions rognées, fiscalité à la hausse, ou tout simplement envie de rester actif, les retraités sont de plus en plus nombreux chaque année à reprendre du service.

Cumuler pension et revenus

Depuis 2009, il est possible à tous les retraités de percevoir l’intégralité de leur pension de retraite ainsi que les revenus d’une activité professionnelle. Pour avoir droit au cumul emploi retraite, il faut avoir liquidé l’ensemble de ses pensions personnelles auprès des régimes de retraite obligatoire, c’est-à-dire régimes de base, complémentaires, françaises et étrangères). Il faut également avoir atteint l’âge légal de départ à la retraite et réuni le nombre de trimestre nécessaires ou avoir atteint l’âge pour un taux plein automatique. Ainsi, un médecin peut accéder au cumul emploi retraite à partir de 60 ans s’il a réuni la durée d’assurance pour une pension au taux plein, ou à défaut, à partir de 65 ans.

Ensuite, il est possible de reprendre une activité professionnelle, sous n’importe quel statut : salarié, gérant de société, entreprise individuelle, etc. Une fois les droits acquis et la rupture établie, une nouvelle activité peut commencer. Avec le cumul, l’enrichissement est immédiat, car les cotisations sociales prélevées sur les revenus de l’activité nouvelle n’ouvrent pas de nouveaux droits sur la retraite déjà liquidée.

Le cumul peut être limité

Pour les personnes qui ne peuvent pas se prévaloir des conditions du cumul plein, le cumul sera limité dans son montant. Appliqué à l’exemple du médecin précité, son seuil de revenu s’élève à 44 600 euros s’il a pris sa retraite après 65 ans ou à 34 308 euros s’il a pris sa retraite avant. En cas de dépassement de ce seuil, le versement de la pension est suspendu dans sa totalité. Attention, tous les régimes de retraite complémentaire ne retiennent pas la même limite. Il est donc important de toujours faire valider son projet de reprise d’activité auprès des organismes concernés.

La retraite progressive : une sortie en douceur

 La retraite progressive se décide quant à elle en cours d’activité. Elle consiste à passer à temps partiel pour les salariés, à temps réduit pour les indépendants et à percevoir une fraction de sa retraite.  Il faut avoir atteint l’âge légal de la retraite et cotisé 150 trimestres. Le montant de la pension est fonction du temps de travail, calculé en pourcentage de la pension à laquelle l’assuré aurait eu droit s’il avait liquidé totalement sa retraite à la date de la demande.

Encore peu utilisé, ce régime permet de booster la pension future puisque les trimestres effectués en retraite progressive au-delà du nombre trimestres pour le taux plein, donnent droit à une surcote. L’enrichissement se fait au moment de la retraite définitive. Attention toutefois : les retraites complémentaires des professions libérales ne servent pas de retraite progressive.

 

 

 

La rédaction

Voir tous ses articles

Assurance-Vie

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Fiducée Gestion Privée et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte