Immobilier
Dossier

Investir autrement avec la nue-propriété

par La rédaction - le 19/03/2018

L’investissement en nue-propriété rencontre un succès croissant. Et pour cause : il permet d’accéder à un bien neuf décoté jusqu’à – 50%. Dans ce schéma l’investisseur particulier achète la nue-propriété du bien, ce qui revient à un droit futur à être pleinement propriétaire du bien.
L’immeuble est acheté conjointement par un investisseur institutionnel, qui lui, en acquiert l’usufruit. Une convention de démembrement de propriété est passée entre les deux investisseurs, d’une durée déterminée, en général de 12 à 20 ans. L’usufruitier loue le bien, en perçoit les loyers le temps de la convention, se charge de la gestion locative etc…

Une décote de 35 à 50 %
Ce temps de démembrement est neutre pour le particulier. En revanche, à celui-ci deviendra pleinement propriétaire aux termes de la convention, et sans avoir à compléter le prix d’acquisition versé initialement.
Or, ce prix d’acquisition est moins élevé que s’il avait porté sur la pleine propriété. Il est en effet réduit des revenus non perçus, une réduction estimée de 35 à 50 % de la valeur totale de l’immeuble selon la durée du démembrement de propriété.

Stratégie long terme
A noter que cette stratégie d’investissement en nu-propriété peut s’appliquer à certaines SCPI. Dans tous les cas, ce placement convient aux investisseurs qui n’ont pas de besoin à court terme, disposent de fonds à investir, sans attente de rémunération immédiate. En revanche, il faut savoir que le marché secondaire manque de liquidité. Il est donc difficile de céder sa nue-propriété de parts de SPCI ou d’un immeuble en direct en cas de besoin de fonds.

 

 

 

Article suivant

La rédaction

Voir tous ses articles

Monument Historique
Prix de l'immobilier

Les chiffres clés du marché immobilier français en 2015

La Chambre des Notaires de France vient de publier ses données collectées depuis le début de l’année. Elles permettent de dresser l’état des lieux des marchés immobiliers en France. Ils confirment une reprise sur la deuxième partie de l’année.

Actus

Lire la suite