Fonds
Cas pratique

Comment analyser la qualité d’un fonds ?

par La rédaction - le 20/03/2013

analyse-qualite-fonds-actifs

Avant de sélectionner un fonds, il est nécessaire de définir en première étape une allocation d’actifs cohérente avec le profil de risque de l’intéressé. La seconde étape laissera place à la sélection des fonds. S’assurer la qualité d’un fonds nécessite avant tout de vérifier que ce dernier respecte certains critères quantitatifs et qualitatifs.

 

Un allocation de  fonds = un profil de risque

Pour sélectionner un fonds, il est primordial que le cahier des charges de ce dernier reflète parfaitement votre aversion au risque. C’est sur cette base que pourra se définir la répartition du fonds et l’allocation d’actifs entre différentes classes. Objectif et horizon de placement, situation actuelle en terme de diversification des placements, situation personnelle de l’investisseur… Elles répondront à un profil de risque spécifique, en cohérence avec ses besoins et ses attentes.

 

Analyse d’un fonds, des critères quantitatifs et qualitatifs

Une fois ce constat posé, la sélection d’un fonds repose sur deux types de critères : les critères quantitatifs d’une part, et qualitatifs de l’autre.

Les critères quantitatifs

L’historique de comportement du fonds. Il est nécessaire d’analyser les performances historiques du fonds tant en absolu qu’en relatif, c’est-à-dire en comparaison avec les fonds de la même catégorie (ex : les fonds actions Europe Gros capitalisation). La comparaison se fera dans les différentes configurations de marché, à savoir haussier et baissier. La performance passée n’est en effet pas gage de performance future : veillez donc à comprendre la configuration du fonds par rapport à la situation globale du marché dans lequel il s’inscrit.

Le contrôle et la connaissance du risque du fonds. Le risque pris par le gérant du fonds est suivi par un ensemble d’indicateurs. Nous en prendrons deux exemples.

  • La volatilité du fonds, qui se calcule sur plusieurs années : plus la volatilité est importante, plus le risque est important. Si le gérant travaille sur le contrôle de la volatilité, le fonds aura alors une amplitude de variation de cours plus faible.
  • Le « max drawdown » ou risque de baisse maximum : il s’agit de la baisse maximum observée sur un fonds sur une période donnée. Dans une situation de stress de marché, cet indicateur permet d’observer le comportement du fonds et son niveau de risque dans les configurations extrêmes. Il permettra de répondre à la question suivante : « qu’a fait ce fonds quand le marché action s’est effondré ? », une situation qui s’est par exemple présentée en 2003-2004 quand le CAC 40 a connu une baisse exceptionnelle de plus de 50%.

Les critères qualitatifs

  • Le cahier des charges du fonds. Pour tout fonds, un prospectus est émis par le gérant, permettant d’en définir le cahier de charge, la pondération des actions, le droit d’utilisation d’instruments de couverture… Il est primordial de vérifier si le fonds respecte bien ce cahier des charges et si sa gestion s’effectue bien en cohérence avec ce dernier. Un gérant ne respectant pas ce cahier des charges devra être exclu quelque soit son niveau de performance.
  • La compréhension du processus d’investissement du gérant, c’est-à-dire la méthode de sélection des titres composant son portefeuille (actions, obligations…) et la façon dont il le compose. Le portefeuille sera-t-il concentré sur un nombre de lignes restreint (portefeuille concentré donc plus risqué) ou au contraire le nombre de ligne est-il important (pas plus de 3% sur chaque ligne, par exemple) ? Le gérant rencontre-t-il l’équipe dirigeante de la société dans laquelle il va investir pour mieux comprendre les enjeux impactant la valorisation ? Le gérant tient-il compte du compte macro-économique (approche « top-down ») ou ne regarde-t-il que les qualités intrinsèques de l’entreprise (approche « bottom-up ») ?
  • Les règles prudentielles du gérant. Quels sont ses réflexes de sécurisation ? Quelles sont les valeurs injectées dans le fonds pour en déterminer le niveau de risque et le niveau d’espérance de gain ? Quelle est la liquidité du fonds en cas de retrait massif pouvant faire fortement fluctuer la valorisation ?
  • La qualité de l’équipe de gestion. Quelle est son expérience ? Son ancienneté ? Ses résultats ? Un gérant peut avoir peu d’ancienneté sur un fonds mais présenter un bon historique sur un autre fond  et une excellente capacité à assurer la pérennité de ses performances au sein d’une autre société de gestion. Un fonds peut pour sa part être récent mais être géré par un professionnel qui a fait ses preuves. A vous et à votre conseiller indépendant de s’en assurer.

 

Cet article vous éclaire-t-il sur la manière d’analyser la qualité d’un fonds ?

Pour bénéficiez de nos meilleurs conseils, consultez notre blog ou rencontrez l’expert indépendant le plus proche de chez vous.

Crédit photo :  Flickr_HZ University of Applied Sciences

 

La rédaction

Voir tous ses articles

Placement court-terme

Les trackers (ETF) pour conserver les gains d’un indice

Les OPCVM indiciels ont un défaut : en suivant l'indice, ils profitent de la hausse mais subissent aussi la baisse, …

Actus

Lire la suite