Actions
Actus

Changement d’ère pour un des fleurons de l’automobile française

par La rédaction - le 06/03/2014

Depuis 1810, la famille Peugeot présidait le groupe qui porte son nom. A l’occasion de la présentation des résultats 2013, la famille a officialisé la perte de son rôle de premier actionnaire de PSA Peugeot Citroën en annonçant l’arrivée à son capital de l’Etat français et du constructeur chinois Dongfeng dans le cadre d’une augmentation de capital d’un montant global de 3 milliards d’euros. L’État et Dongfeng débourseront environ 800 millions d’euros chacun dans le cadre d’une augmentation de capital réservée. Ensuite, 1,4 milliard devrait être levés en Bourse. Avec le jeu des bons de souscription d’actions (BSA) attaché aux actions existantes, il serait même envisageable de bénéficier de 4 milliards d’euros d’argent frais.

Objectif : retrouver de la rentabilité et renforcer ses positions dans les pays émergents

PSA est en nette progression puisque sa perte nette l’an passé s’élève à 2,3 milliards d’euros. Malgré cela, l’injection de nouveaux capitaux est indispensable pour que le groupe puisse se relever et renforcer ses positions dans les pays émergents (notamment le Brésil et la Russie). La coopération industrielle et technologique avec Dongfeng est stratégique pour créer de nouveaux modèles pour la Chine et l’Asie.

Carlos Tavares prendra la tête du groupe le 31 mars

Cette présentation des résultats 2013 a également été l’occasion de marquer le passage officiel de témoin entre Philippe Varin, président du directoire, et Carlos Tavares, ancien numéro deux de Renault qui prendra ainsi la succession à la présidence du directoire du groupe dès le 31 mars.

Impact positif sur le cours de bourse

L’action Peugeot s’est effondrée ces deux dernières années. La fragilité de l’activité économique en Europe ces dernières années a largement pesé sur le marché de l’automobile entrainant une contraction des ventes. PSA Peugeot-Citroën réalise l’essentiel de ses ventes en Europe ou la crise a largement sévie. La baisse de son chiffre d’affaires et ses lourdes pertes ont d’ailleurs fait craindre le pire aux investisseurs, comme en témoigne l’effondrement de son cours de Bourse, de -55,7% en 2011 puis -48,2% en 2012. Avec une capitalisation à peine supérieure à 2 milliards d’euros, le titre est même sorti de l’indice CAC 40 qui réunit la capitalisation boursière des quarante plus grosses entreprises en France. La dynamique baissière qui a sévi ces deux dernières années semble avoir pris fin. L’entrée au capital des nouveaux actionnaires et le nouveau président du directoire seront à la manoeuvre pour re-dynamiser l’entreprise sochalienne.

Les marchés financiers peuvent venir conforter votre stratégie patrimoniale. Les conseillers du réseau Fiducée Gestion Privée spécialistes de l’épargne financière sont à votre disponibilité pour bâtir votre stratégie en fonction de votre profil d’investisseur. 

La rédaction

Voir tous ses articles

Financement participatif
Placement

Placement en actions : les fausses croyances des épargnants français

Avec un taux de détention d’actions en direct à 7,6%, les Français font figure d’investisseurs craintifs. Le régulateur boursier analyse …

Décryptage

Lire la suite